Au sommet de l’Himalaya

Là où les champs de neige ondulent, les sommets sont les plus escarpés et où les montagnes aux pointes blanches jettent des ombres sur les vallées Ladakh, les hommes et la nature ont trouvé l’harmonie.

Ceux qui vivent au centre du bouddhisme tibétain le font en synchronisation avec leur environnement, et leur survie est intrinsèquement liée à celle de certaines des espèces sauvages les plus vulnérables du monde, comme l’insaisissable léopard des neiges.

Laisser un commentaire