Skip to main content

Les résultats d’une nouvelle étude viennent d’être publiés. Vos conseillers JLM Travel ont jugé utile de vous en faire part avant votre départ…

Combien de temps pouvez-vous rester assis dans un avion avant que vos fesses ne s’engourdissent ou que votre dos ne vous fasse mal ?

Compte tenu des plaintes déposées ces cinq dernières années contre les compagnies aériennes qui font tout leur possible pour escroquer les clients, notamment en fabriquant des sièges plus étroits, avec moins d’espace pour les jambes et moins de rembourrage, il est quelque peu surprenant de constater que la plupart des gens peuvent passer plusieurs heures de vol dans le confort. C’est ce qui ressort d’une nouvelle enquête de PhotoAID, une société qui prend en ligne des photos biométriques pour les documents de voyage. En février 2022, l’entreprise a interrogé 1 000 utilisateurs sur des questions de contrôle de la qualité et a examiné les réponses avec son équipe chargée des données. L’enquête portait sur ce que les utilisateurs considèrent comme un mauvais comportement en avion et sur ce qui les ennuie en vol.

Plus d’un tiers des personnes interrogées (36 %) ont déclaré pouvoir voler confortablement jusqu’à quatre heures d’affilée. Vingt-deux pour cent des personnes interrogées ont déclaré pouvoir voler confortablement pendant sept heures, neuf pour cent jusqu’à dix heures, et quatre pour cent plus de dix heures.

Ces chiffres sont un peu surprenants en 2022, alors que le siège moyen des avions en classe économique est pour le moins petit. Sur les compagnies aériennes américaines, le siège moyen en classe économique mesure 42 cm de large, contre 46 cm, voire 47 cm pouces dans les années 1970 et 1980. L’espacement des sièges (la distance entre votre siège et le siège situé devant vous, ce qui se traduit essentiellement par l’espace pour les jambes) sur un siège d’avion en classe économique est aujourd’hui d’environ 76 cm, soit 15 cm de moins que dans les années 1970.

Et l’épaisseur des sièges ? Après tout, si vous avez moins d’espace pour les jambes, le siège ne peut pas s’étendre aussi loin qu’avant. La plupart des sièges d’avion de la classe économique des compagnies aériennes américaines ont un coussin dont l’épaisseur ne dépasse pas 5 cm environ, et ce avant qu’il ait été utilisé des milliers de fois. Et si vous pensez que vous serez plus à l’aise dans la rangée de sortie, détrompez-vous. Ces coussins sont plus courts pour faciliter le déplacement des sièges en cas d’évacuation. Et si les accoudoirs sont fixés en position, vous pouvez vous attendre à des coussins légèrement plus fins et plus étroits pour tenir compte de l’espace supplémentaire dont ils ont besoin.

Au vu de ces statistiques, il est surprenant de constater que la majorité des voyageurs peuvent faire quatre heures de vol en tout confort, soit à peu près la distance entre New York et Denver. Bien que l’enquête ne précise pas qui a répondu, on peut supposer que ces personnes sont probablement de petite taille, car même les voyageurs les plus minces peuvent avoir des difficultés à prendre l’avion s’ils sont assez grands.

Et en parlant de minceur : les sièges d’avion sont de plus en plus petits.

L’Américain moyen est de plus en plus grand. Au début des années 1970, lorsque les voyageurs pouvaient s’attendre à des sièges plus grands, la femme américaine moyenne mesurait 1 m 60, et pesait en moyenne 65 kg. Les hommes mesuraient en moyenne 1 m 73 et pesaient environ 78 kg. Aujourd’hui, si nos tailles n’ont pas changé, nos poids, eux, ont évolué : l’homme américain moyen pèse désormais 91 kg, tandis que la femme moyenne pèse 77 kg. C’est une autre raison pour laquelle nous sommes stupéfaits que tant de personnes trouvent les sièges d’avion en classe économique confortables pendant des heures. Ils n’ont certainement pas été conçus en fonction du corps de l’Américain moyen.

Cela ? C’est vraiment agaçant !

L’enquête a également demandé aux personnes interrogées d’indiquer quelles étaient les comportements considérés comme les plus énervants en avion, et les réponses reflètent l’ère du voyage dans laquelle nous vivons actuellement. La plupart des comportements les plus gênants existent depuis des décennies, comme le fait d’applaudir à l’atterrissage (58 % des personnes interrogées), les bébés qui pleurent (67 % des personnes interrogées) et les sièges inclinables (74 % des personnes interrogées).

Mais le mauvais comportement le plus ennuyeux en avion est celui des passagers qui ne se couvrent pas la bouche lorsqu’ils éternuent ou toussent. Cela a agacé 76 % des personnes interrogées, ce qui n’est pas surprenant. Même sans bactéries, il est toujours dégoûtant de sentir l’haleine chaude d’un voisin qui éternue ou tousse. Mais si l’on ajoute à cela le désagrément de tomber malade en voyage ou le risque d’attraper le COVID, il est presque choquant que ce chiffre ne soit pas plus élevé.

Les bêtes noires avant le vol

Les personnes interrogées devaient également répondre à la question suivante : « Quelle est votre plus grande bête noire avant le vol ? ». Il n’est pas surprenant que les deux réponses les plus fréquentes soient liées aux voyages pendant le COVID : les restrictions de voyage qui changent constamment (que 67 % des personnes interrogées trouvent ennuyeuses) et les tests COVID avant le vol, qui ennuient 56 % des personnes interrogées. En dehors du COVID, cependant, la bête noire la plus ennuyeuse avant le vol était exactement ce à quoi on pouvait s’attendre : les annulations et les retards de vols.

exposant trois ///

About exposant trois ///

Amoureux de la communication digitale écrite, explorateur contemporain aimant sortir de temps à autre des sentiers battus, city lover par excellence et chef de famille de trois enfants :)

Laisser un commentaire