Skip to main content

Les rafraîchissements du Miss Voon sont accompagnées d’une vue, un panorama époustouflant de lumières scintillantes se fondant dans la vaste obscurité de la Laponie suédoise.

Les rouges profonds de ce bar asiatique sur le toit semblent être l’environnement idéal pour un menu de cocktails au whisky japonais et de sashimis découpés avec art. Mais en plus de l’arôme habituel de soja et de fruits de mer, ce repaire de sushis dégage des notes boisées distinctes, comme si on avait placé un restaurant japonais dans un sauna nordique.

C’est parce que Miss Voon n’est pas n’importe quel bar sur le toit d’un hôtel de luxe. Il s’agit du bar sur le toit de l’Hôtel Wood à Skelleftea, en Suède, un monument de 20 étages qui témoigne d’une architecture durable, construit presque entièrement en bois local. Et il pourrait bien être le nouveau bâtiment le plus intriguant de toute l’Europe.

L’hôtel Wood est révolutionnaire tant sur le plan de l’esthétique que de la durabilité.

Le Wood Hotel by Elite est situé dans le centre-ville de Skelleftea, une ville minière du nord de la Suède qui est en train de devenir un centre d’énergie renouvelable. Northvolt, qui fabrique des batteries pour les voitures électriques, a ouvert une usine dans la région. La ville entière fonctionne à l’énergie renouvelable. Mais l’avancée la plus remarquable est la tour en bois léger du centre-ville, qui est à l’avant-garde de l’hospitalité durable.

L’hôtel de 205 chambres est construit en bois lamellé-collé et en poutres en bois lamellé-croisé, dont la plupart proviennent d’arbres situés dans un rayon de 50 km (les arbres sont tous replantés). Mais l’hôtel Wood n’a rien sacrifié en termes d’équipements pour atteindre son objectif de durabilité. Il dispose d’une grande salle de sport et d’un spa de luxe, d’un bar sur le toit et de trois restaurants à service complet. Les téléviseurs à écran plat dans les chambres vous permettent de vous connecter à votre Netflix. Et le petit déjeuner gratuit pourrait faire honte à certains buffets de Vegas.

Les quatre premiers étages abritent également le centre culturel Sara, avec sept salles de spectacle, une galerie d’art, une galerie de photos et une bibliothèque publique dans le hall.

Le joyau du centre culturel est son théâtre principal de 1 200 places, une salle de spectacle à plusieurs niveaux construite entièrement en bois, y compris les panneaux acoustiques absorbant les sons. En se tenant au dernier niveau, on a l’impression que quelqu’un est allé chez Ikea et a décidé de construire l’Opéra de Vienne.

La construction écologique contribue à redorer le blason d’une ville

L’histoire de Skelleftea est bien connue : une ville minière et forestière qui a connu des temps difficiles lorsque ces industries ont décliné. Les jeunes ont commencé à partir en masse, et la ville avait besoin de quelque chose pour se réinventer dans une ère post-industrielle. Elle l’a trouvé sous la forme d’une énergie renouvelable, mais avait besoin d’une destination phare pour montrer au monde qu’elle était de nouveau à la pointe du progrès.

La ville avait besoin d’une attraction pour rendre le centre-ville plus attrayant, dans le cadre d’une stratégie visant à passer de 70 000 à 100 000 habitants au cours des dix prochaines années.

Robert Schmitz, l’architecte principal du Wood Hotel.

Pour atteindre cet objectif, Skelleftea a organisé un concours ouvert aux architectes pour concevoir cet ambitieux projet. Le bois n’était pas une condition préalable, il fallait simplement que le projet ne ressemble à rien d’autre dans le pays.

Ils ont reçu 55 candidatures de 11 pays, mais M. Schmitz et son équipe ont eu une idée originale. Ils voulaient créer un bâtiment novateur, respectueux de la culture et de l’environnement, ce qui a fait du bois un choix évident.

« Avec le bois qui entoure Skelleftea et l’université qui dispense des cours sur le bois, nous avons pensé que si un promoteur avait le courage de faire cela et de concevoir un bâtiment de cette taille en bois, il devrait être à Skelleftea », explique M. Schmitz.

Le processus de construction a fait honte aux chantiers de construction de bâtiments en acier et en béton. L’hôtel a été construit en modules de bois séparés hors site, puis livré sur le site principal et empilé comme des conteneurs d’expédition. Les équipes ont ajouté un étage tous les deux jours, ce qui a permis de réduire à presque rien la fréquence des camions émetteurs de carbone.

L’hôtel lui-même absorbe le carbone de l’atmosphère, car le bois exposé respire avec l’air extérieur. Les panneaux solaires du toit de l’hôtel peuvent partager l’énergie supplémentaire avec les bâtiments voisins et l’IA permet de prévoir exactement la quantité de chaleur dont le bâtiment aura besoin.

exposant trois ///

Amoureux de la communication digitale écrite, explorateur contemporain aimant sortir de temps à autre des sentiers battus, city lover par excellence et chef de famille de trois enfants :)

Laisser un commentaire