Skip to main content

Des paysages aussi diversifiés et variés que la culture saoudienne.

La destination abrite des tombes nabatéennes qui rivalisent avec celles de Petra, des sites de plongée immaculés qui n’ont rien à envier à ceux de l’Égypte et des canyons aussi impressionnants que ceux qui peuplent plusieurs parcs nationaux américains. Le paysage est aussi diversifié et varié que l’ancienne culture commerciale du pays, que l’on peut découvrir dans les souks des villes modernes étincelantes ainsi qu’autour des maisons du désert des prophètes et des poètes, des princes et des pèlerins. Les déserts ocre du nord cèdent la place aux atolls de sable blanc de la côte de la mer Rouge et aux montagnes et vallées luxuriantes du sud-ouest de la région de l’Asir, qui abrite de rares léopards arabes et des membres de la tribu Qahtani portant des coiffes à fleurs. Une grande partie de la région du sud-est est couverte par le vaste quartier vide, le plus grand désert de sable du monde.

WADI AL DISAH

Près de Tabuk, dans le nord du pays, la vallée d’Al Disah ressemble à un mélange d’un autre monde, celui du Grand Canyon et de Monument Valley – une collection épique de colonnes de grès dans un vaste creux, où le désert poussiéreux et ambré est interrompu par une vallée d’herbes hautes et de palmiers qui se balancent. Que vous vous y rendiez à pied ou en 4×4, assurez-vous d’être là lorsque le soleil jette une lueur éthérée sur les formations rocheuses sculpturales.

HEGRA

Il n’y a peut-être pas de sites plus reconnaissables en Arabie Saoudite que les tombes monumentales taillées dans la roche, suspendues dans le désert majestueux d’Hegra, près d’Al Ula, au cœur du royaume. Si ces 131 mausolées énigmatiques rappellent les ruines antiques de Pétra, c’est parce qu’ils ont été construits au premier siècle de notre ère par les Nabatéens, les mêmes commerçants-guerriers nomades à l’origine de la merveille du monde qu’est la Jordanie. Mais alors que Petra accueille plus d’un million de visiteurs par an, Hegra reste relativement méconnue, attirant davantage la faune que les touristes.

UMLUJ

Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi cette ville côtière et cette région sans prétention sont souvent appelées les Maldives d’Arabie saoudite. Au nord de la ville, 104 atolls sont éparpillés dans un coin de la mer Rouge qui est très certainement turquoise. La quintessence de l’activité d’Umluj est le saut d’île – repérer les dauphins en route vers des affleurements comme Jabal Hassan pour faire de la plongée libre, pêcher ou paresser sur des bancs de sable blanc, devenant aussi détendu que les dugongs et les tortues à écailles qui nagent autour de ces îlots. Il s’agit également d’une zone de plongée de classe mondiale, beaucoup plus calme que les hauts lieux de la mer Rouge tels que Sharm El Sheikh, mais avec une abondance en technicolor de 1 200 espèces de poissons et 300 types de coraux, soit quatre fois plus que ce que vous trouverez dans les Caraïbes. Des centres de villégiature durables sont en cours de développement sur quelques îles sélectionnées, mais la majeure partie de la zone est un aquarium naturel intact et passionnant.

AL BALAD, JEDDAH

De nombreuses villes saoudiennes ont un quartier historique, souvent appelé Al Balad et marqué par le parfum des épices exotiques et les beaux cris de l’appel à la prière. Le quartier de Jeddah, la ville portuaire cosmopolite de l’Arabie saoudite, est le plus évocateur de tous. Il s’agit d’une série de ruelles étroites entre d’anciennes maisons de marchands en pierre de corail, où l’on trouve des vendeurs d’oud, des boulangeries traditionnelles au parfum de clou de girofle et le vaste et lumineux Souq Al Alawi. Depuis qu’elle a été inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2014, bon nombre des vastes demeures croulantes du quartier ont été restaurées avec sensibilité, notamment la grande Nasseef House de 106 pièces – désormais un musée et un centre culturel accueillant des expositions d’art et de photographie ainsi que des conférences d’universitaires. De plus, des galeries, des ateliers d’artisanat du bois mangour et des cafés branchés redonnent vie à des bâtiments autrefois abandonnés, offrant ainsi un bel avenir à un quartier construit au VIIe siècle.

LE BORD DU MONDE

Juste à l’ouest de la capitale Riyad, le bord du monde (Jebel Fihrayn) est une autre merveille géologique bien nommée – un grand mur imposant de grès strié qui s’élève de façon improbable depuis la plaine rougeâtre d’un ancien lit océanique. Le mieux est de s’y rendre en 4×4. Du sommet, on a une vue imprenable sur le paysage aride, où l’on peut encore voir des chameaux sauvages se promener sur les anciennes routes des caravanes.

DIRIYAH

Peu de sites sont plus frappants que l’ancienne cité du désert de Diriyah, enveloppée dans l’oasis verte de Wadi Hanifa, juste à l’extérieur de Riyad. C’était autrefois un foyer de culture, un carrefour historique pour les pèlerins et les commerçants à travers les siècles, et le siège ancestral de la dynastie royale. Aujourd’hui, les musées de Diriyah, comme le spectaculaire palais de Salwa, plongent dans le passé légendaire de la citadelle. Parsemés autour de sa magnifique architecture en briques crues et le long de ses avenues bordées de palmiers, les restaurants et les cafés font également un clin d’œil à la tradition en proposant des plats najdi comme le gereesh bil laban, du blé concassé cuit dans une sauce au yaourt.

MONTAGNE D’AL QARAH, AL AHSA

Frôlant le bord oriental du plateau de Shadqam, Al Qarah reste l’une des destinations les moins connues du royaume, malgré sa beauté brute. Le sommet de la montagne d’Al Qarah, qui s’élève à 670 pieds au-dessus du niveau de la mer, offre une vue imprenable sur une étendue majestueuse de grottes et de canyons sculptés par le sable au cours des millénaires. Escaladez ses falaises de calcaire, ponctuées d’un dédale de grottes en nid d’abeille, de recoins et de passages à explorer en chemin, pour des vues panoramiques enrichissantes. Les noms de lieux révèlent un profond respect pour la nature et les éléments qui ont façonné le caractère et les traditions de cette région aussi rigoureusement que ses paysages. (Al Ahsa se traduit par “ruisseaux murmurants” et la ville principale de Hofuf par “vent sifflant”). Des fermes de palmiers et des villages pittoresques entourent les montagnes, leur dédale de boutiques artisanales et de restaurants offrant un refuge ombragé.

RIJAL ALMAA

Largement surnommé le “village de pain d’épice”, Rijal Almaa, avec ses bâtiments en pierre aux volets lumineux, est situé dans un cadre verdoyant et luxuriant et attire depuis longtemps les voyageurs en quête de culture et d’histoire. Mais ce n’est pas qu’un simple lieu de beauté : la plupart des habitants appartiennent à la tribu des Qahtan, surtout connue pour les tenues vives et les couronnes à fleurs que portent les hommes et qui sont célébrées lors du festival Flowerman chaque année en août.

Laisser un commentaire

Close Menu