Skip to main content

Le Dôme du Rocher domine les murs de grès du XVe siècle de la vieille ville de Jérusalem. Le sanctuaire islamique au sommet doré est un témoignage de 5 000 ans de progrès et de conflits de l’humanité dans cette région aride.

Ici, l’un des sites les plus sacrés de l’Islam se trouve directement sur le Mont du Temple, l’un des sites les plus sacrés du Judaïsme. Du haut du mont des Oliviers, à l’extérieur des murs de la vieille ville, je pouvais voir non seulement le Dôme, mais aussi la mosquée Al-Aqsa, où les musulmans croient que le prophète Mahomet est monté aux cieux. Et ce, à quelques pâtés de maisons de l’église du Saint-Sépulcre, où les chrétiens croient que Jésus est mort, a été enterré et est ressuscité trois jours plus tard.

Depuis ce point culminant de l’une des villes les plus grandes et les plus importantes du monde, il était impossible de ne pas être envahi par l’émotion – au cours des cinq derniers millénaires, les empires en expansion de l’humanité ont conquis, convoité, se sont prosternés ou sont au moins passés par ici.

La vieille ville de Jérusalem, d’une superficie d’environ un kilomètre carré, est aujourd’hui encore entourée d’un mur de 3,5 kilomètres de long construit tout récemment par les Ottomans. Ses portes historiques sont toujours en place et le public a accès à ses quatre quartiers : arménien, chrétien, juif et musulman.

La vieille ville est entourée d’une métropole moderne qui conserve son caractère historique grâce à des institutions de longue date telles que le marché Mahana Yehuda, où les vendeurs proposent des produits, des viandes et des fruits de mer, ainsi que des bars à bière artisanale et des restaurants de sushis.

Aucun autre endroit sur Terre ne représente mieux ce qui se passe lorsque des cultures très diverses tentent de coexister. Si vous suivez l’actualité, vous savez que ce n’est pas toujours facile. Pourtant, l’expérience multiculturelle fait de Jérusalem l’un des lieux les plus importants pour un voyageur international qui souhaite visiter et parcourir les 5 000 ans d’histoire de la ville.

Ce qu’il faut voir dans la vieille ville de Jérusalem : Une visite autoguidée à pied

Peuplée pour la première fois vers 3500 avant J.-C., Jérusalem est un aimant qui réunit l’histoire, la culture et l’avenir de l’humanité. Depuis lors, elle a connu un large arc de progrès humain. Elle a été attaquée plus de 50 fois et a changé de mains plus de 20 fois. La ville entière a été détruite à deux reprises : une première fois à la fin des années 500 avant notre ère, et une seconde fois en 70 de notre ère.

Les projets en cours à Jérusalem sont un exemple de la façon dont les villes historiques peuvent se tourner vers l’avenir. La vieille ville a récemment fait l’objet d’un vaste projet d’accessibilité visant à faciliter les déplacements des résidents handicapés et des quelque 10 millions de visiteurs annuels. La réalisation d’un projet qui a littéralement réformé les artères d’une ville ancienne n’a pas été une mince affaire. Il a fallu ajouter des rampes accessibles aux fauteuils roulants sur des marches en pierre datant d’une époque antérieure à la création du fauteuil roulant. Vous verrez le résultat de ces efforts – qui ont rassemblé des politiciens, des lobbyistes, des commerçants et des habitants de trois religions et de dizaines d’ethnies différentes – dès que vous entrerez dans la vieille ville. Les voyageurs handicapés peuvent télécharger l’application Accessible JLM afin d’orienter leur voyage dans la ville.

La porte de Jaffa est l’accès le plus facile, bien que le plus fréquenté, à la vieille ville de Jérusalem. N’essayez pas de vous rendre en voiture près de la porte, car les embouteillages, constitués principalement de bus touristiques, vous feront perdre la moitié de votre matinée. Prenez plutôt le train jusqu’à la station Mamila/Karab et montez la légère pente jusqu’à la porte du quartier arménien (ou demandez à un chauffeur de vous déposer en bas de la pente). Avant de poursuivre, arrêtez-vous à l’office du tourisme de la porte de Jaffa et prenez une carte pour mieux comprendre votre positionnement.

D’ici, la Tour de David se trouve juste au coin de la rue à droite, et le quartier chrétien à gauche. Tout ce qui vous attend peut être un peu écrasant au début, aussi la meilleure façon de commencer une journée ici est de marcher sur les remparts de la vieille Jérusalem, de la porte de Jaffa dans le quartier chrétien à la porte Dung dans le quartier juif. Pour 16 NIS (nouveaux shekels israéliens), soit environ 5 dollars, vous pouvez monter sur les remparts et vous promener au-dessus de la vieille ville. Vous verrez les marchés de chaque quartier et passerez devant des écoles et des quartiers dans le quartier musulman, où vivent environ 75 % des 40 000 habitants de la vieille ville.

Promenez-vous d’abord dans le quartier musulman après avoir parcouru les remparts. Les vendeurs du marché vendent tout, des fruits et légumes aux produits de boulangerie, en passant par les vêtements et les cadeaux faits main en bois d’olivier. Une pâte filo palestinienne appelée mutabak est un délicieux moyen de se soulager de quelques shekels en cours de route.

Le mont du Temple est le site le plus sacré du judaïsme, et c’est également là que les musulmans croient que Mahomet est monté au ciel. La mosquée Al-Aqsa, deuxième plus grand lieu de culte de l’Islam, est visible ici avec plus de détails que depuis le mont des Oliviers. Les Juifs ne peuvent toutefois pas prier directement au sommet du mont du Temple, ce qui fait du mur occidental, qui le soutient, le site le plus sacré accessible aux fidèles.

Quelle que soit votre foi, vous pouvez visiter et toucher le mur et vous inscrire à une visite guidée d’une partie du mur qui se trouve désormais sous terre dans le quartier juif. À proximité se trouve le musée d’archéologie Wohl, un musée souterrain qui présente la Jérusalem de l’époque du roi Hérode le Grand, entre 37 et 4 avant notre ère.

La Via Dolorosa, l’itinéraire principal qui mène du quartier musulman au quartier chrétien, mène aux sites les plus sacrés de ce quartier. Parcourez le chemin de croix, qui se termine à l’église du Saint-Sépulcre. Reconnu comme le lieu où Jésus est mort après la crucifixion, le rocher de la cavalerie est conservé ici sous verre derrière l’autel de la crucifixion. Les chrétiens font la queue pour prier devant l’autel, et beaucoup s’agenouillent également devant la pierre de l’onction, près de l’entrée de l’église, où l’on dit que le corps de Jésus a été placé avant sa résurrection.

Le fait que les clés de l’église du Saint-Sépulcre soient détenues par la famille musulmane sunnite Nusaybah depuis le VIIe siècle vient renforcer un héritage de tolérance souvent réprimé dans la vieille ville de Jérusalem. Chaque jour, la famille remplit son engagement d’ouvrir, d’entretenir et de fermer l’un des sites les plus sacrés de la chrétienté.

Se promener dans la vieille ville de Jérusalem suffit à ouvrir l’appétit. Sur le marché juste à l’extérieur de l’église, j’ai mangé le meilleur houmous que j’ai eu en Israël dans un petit café sans nom, avec seulement un petit panneau blanc accroché au-dessus du luminaire près de l’entrée, qui indique Suq El-Khawajat. Le café est fréquenté par les habitants du quartier. Venez tôt, car les plats sont souvent épuisés à 14 heures.

exposant trois ///

Amoureux de la communication digitale écrite, explorateur contemporain aimant sortir de temps à autre des sentiers battus, city lover par excellence et chef de famille de trois enfants :)

Laisser un commentaire