Skip to main content

Si vous voulez voir la Porte de l’Enfer dans toute sa gloire flamboyante de 230 pieds de large et 65 pieds de profondeur, c’est maintenant ou jamais. Sachez simplement que l’obtention d’un visa pour le Turkménistan n’est pas une promenade de santé, le pays ayant été surnommé « la nouvelle Corée du Nord du voyage ».

En 1971, des scientifiques soviétiques à la recherche de pétrole dans le désert de Karakum, au Turkménistan, ont accidentellement créé ce qui est devenu l’une des attractions touristiques les plus populaires du pays et l’un des endroits les plus étranges du monde : Les « Portes de l’Enfer ».

Alors qu’ils foraient du pétrole, ils ont heurté une grande caverne remplie de gaz naturel, provoquant l’effondrement du sol en un trou géant et la chute de la plate-forme à l’intérieur. Dans l’espoir que le dangereux méthane s’échappant de la fosse qu’ils ont créée se consume rapidement, les scientifiques y ont mis le feu. Plus de 50 ans se sont écoulés depuis, et le cratère enflammé brûle toujours.

Mais si le président du Turkménistan, Gurbanguly Berdimuhamedow, y est pour quelque chose, la fin est proche pour les Portes de l’enfer.

Dans une annonce télévisée le 8 janvier 2022, Berdimuhamedow a demandé aux responsables de trouver une solution pour éteindre l’incendie, invoquant des inquiétudes pour l’environnement, la santé des personnes vivant à proximité et la perte d’une opportunité économique.

« Nous perdons des ressources naturelles précieuses pour lesquelles nous pourrions obtenir des bénéfices importants et les utiliser pour améliorer le bien-être de notre peuple »

Gurbanguly Berdimuhamedow
exposant trois ///

Amoureux de la communication digitale écrite, explorateur contemporain aimant sortir de temps à autre des sentiers battus, city lover par excellence et chef de famille de trois enfants :)

Laisser un commentaire