Skip to main content

Quand la ferveur intègre la modernité dans ses lieux de culte, un pèlerinage ultra-moderne.

Jamie McGregor Smith est passionné par l’architecture ecclésiastique excentrique. Au cours des deux dernières années, ce photographe basé à Vienne a voyagé dans toute l’Europe, capturant des images de certains des exemples les plus distinctifs de l’architecture religieuse du XXe siècle – les églises modernes.

Wotruba Kirche, Vienne, Autriche, Fritz Wotruba, 1976

Il s’agit d’un projet né du confinement, qui a débuté peu après que Smith se soit installé à Vienne et ait découvert l’église de la Très Sainte Trinité de la ville, ou église Wotruba, fruit de la collaboration entre le sculpteur autrichien Fritz Wotruba et l’architecte Fritz Gerhard Mayr. Au départ, il s’agissait d’une sculpture, l’artiste étant persuadé que sa conception avait été livrée par Dieu dans un rêve », se souvient Smith.

J’étais stupéfait que cette œuvre d’art progressiste, composée de 152 blocs de béton irréguliers, ait été commandée par une institution aussi conservatrice. Cela a redéfini mon idée de ce que pouvait être une église.

Le pèlerinage photographique de Smith s’est poursuivi, profitant du fait que de nombreuses églises sont restées ouvertes pendant la pandémie et de l’absence générale de personnes.

Se décrivant lui-même comme un « photographe de la civilisation », Smith a réalisé des projets comprenant des études sur les paysages post-industriels et la nature en voie de disparition. Son travail a été publié dans Wallpaper*, ainsi que dans Vanity Fair et Esquire.

Sacred Modernity – le livre de McGregor Smith sur les églises modernes, à paraître prochainement – présente un grand nombre des classiques de l’après-guerre, une période d’expérimentation spectaculaire de la forme et de la fonction de l’église. Stimulée par les impulsions modernisatrices du Concile Vatican II au début des années 1960, avec une approche moins proscrite des services et des cérémonies, la nouvelle architecture ecclésiastique est souvent considérée comme un fonctionnalisme sans âme, en contradiction avec la tradition religieuse.

Les espaces spectaculaires que Smith a visités n’ont pourtant rien de décourageant : les puissants intérieurs en béton de Walter Maria Förderer, Günther Domenig et Eilfried Huth, les lignes méticuleuses de Rudolf Schwarz et les espaces vertigineux de la cathédrale Clifton de Ron Weeks à Bristol.

Clifton Cathedral, Bristol, Angleterre, Ron Weeks, 1973

Le livre est actuellement en préparation pour un tirage limité, soutenu par une campagne de crowdfunding qui vous permettra d’obtenir une première édition signée. Il comprend un essai de Jonathan Meades, peut-être le plus spirituel et le plus perspicace de tous les critiques d’architecture contemporains, et sera publié par Hatje Cantz au printemps 2023.

Quelle que soit votre conviction religieuse, un intérieur impressionnant a le pouvoir d’inspirer l’admiration. C’est certainement le cas de ces merveilles architecturales, dont certaines sont peu connues et rarement visitées.

Eglise Saint-Nicolas, Hérémence, Suisse, Walter Maria Förderer, 1971

exposant trois ///

About exposant trois ///

Amoureux de la communication digitale écrite, explorateur contemporain aimant sortir de temps à autre des sentiers battus, city lover par excellence et chef de famille de trois enfants :)

Laisser un commentaire