Skip to main content

Wanda Ferragamo était une présence constante chez Salvatore Ferragamo, prenant la tête de l’entreprise familiale en 1960 après la mort de son mari (elle avait épousé le fondateur de la maison à l’âge de 18 ans seulement, il était de 23 ans son aîné).

Au cours des six décennies suivantes, c’est elle qui est devenue la gardienne de l’héritage du cordonnier en tant que présidente, puis présidente du conseil d’administration, guidant la maison vers son statut contemporain de puissance de la maroquinerie et élargissant son offre dans les domaines du prêt-à-porter et du parfum à une époque où la mode est devenue l’une des exportations les plus prisées de l’Italie. Les années qui ont précédé sa mort en 2018, à l’âge de 96 ans, l’ont vue rester la figure de proue honorifique de la maison, apparaissant encore au bureau presque tous les jours de la semaine.

Une nouvelle exposition au musée Salvatore Ferragamo de Florence, en Italie, célèbre cet héritage unique, offrant aux spectateurs un hommage sans réserve à la défunte femme d’affaires – « une main brillante et stable », comme le décrivent les notes de l’exposition. Intitulée « Women in Balance » (Les femmes en équilibre), cette vaste exposition situe Wanda dans le milieu social en pleine mutation de l’Italie du XXe siècle, à travers deux chapitres distincts de sa vie : le premier en tant que femme au foyer, épousant Salvatore Ferragamo à l’adolescence et ayant six enfants avec le cordonnier, le second en tant que rare femme titan de l’industrie dans l’Italie de l’après-guerre, après sa mort. Nous, les femmes, nous faisons tout, peu importe où et comment se trouve notre bureau », écrira-t-elle plus tard dans une lettre à ses petits-enfants, dont une poignée rejoindra l’entreprise familiale.

L’exposition elle-même considère l’année 1960 comme un tournant, non seulement dans la vie de Wanda – l’année où elle a été soutenue par les artisans de la maison pour en conserver le contrôle après la mort de Salvatore d’un cancer à l’âge de 62 ans – mais aussi dans l’Italie de l’après-guerre, où un soi-disant « miracle économique » a vu un flot de femmes entrer dans la population active du pays. L’exposition « Women in Balance » utilise la vie de Wanda comme point de départ pour explorer les nouveaux désirs de la société. Cette exposition est basée sur la théorie selon laquelle l’histoire évolue à travers une pluralité de personnes créatives et productives », explique le musée. Il s’agit des actions réciproques d’individus qui développent de nouveaux modes de vie et de consommation, ainsi que de nouvelles relations de genre et de travail ».

Organisés par Stefania Ricci et Elvira Valleri, les divers objets de l’exposition – qui comprennent des éphémères de la vie de Wanda, des films et des photographies d’archives et, bien sûr, une pléthore de chaussures – couvrent les années 1955-1965, explorant diversement le personnel et le politique. En se déplaçant dans une série de pièces qui évoquent celles d’une maison conçue par Maurizio Balò, l’exposition retrace un moment décisif de changement dans la société italienne et les possibilités que ces changements apportent aux individus – un moment que les organisateurs considèrent comme prémonitoire alors que le monde se sort d’une pandémie mondiale.

L’objectif de cette exposition n’est pas seulement de raconter un chapitre de l’histoire de notre pays, mais surtout d’inspirer une réflexion contemporaine sur les changements sociétaux abordés », indique un communiqué du musée. Le nouveau contexte social dans lequel nous vivons actuellement nous pousse à repenser de nombreux aspects de notre vie… [c’est] l’occasion d’une renaissance de la société guérie des innombrables blessures sanitaires et économiques causées par le Covid, ouvrant la voie à une forme d’égalité nouvelle et plus évoluée.

exposant trois ///

About exposant trois ///

Amoureux de la communication digitale écrite, explorateur contemporain aimant sortir de temps à autre des sentiers battus, city lover par excellence et chef de famille de trois enfants :)

Laisser un commentaire